AVERTISSEMENT

Pour profiter pleinement de ce site, nous vous recommandons d'utiliser les navigateurs Firefox, Chrome, Opéra, Safari ou Internet Explorer à partir de la version 10.

Connectez-vous

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
adherez
Base americaine de Chateauroux Deols

Le livre n'est plus épuisé ; il vient d'être réimprimé sans modification.
Il est donc à nouveau disponible au Point Info Tourisme de Déols, 6 rue de l'Abbaye à Déols, 02.54.07.58.87.

La présence des troupes américaines puis celle de l’OTAN, de 1951 à 1968, sur la base de Châteauroux-Déols marquèrent profondément l’Indre. Le départ des troupes américaines puis, l’année suivante, celui des employés de l’OTAN provoquèrent l’arrêt du dynamisme économique dont bénéficiaient l’agglomération castelroussine et tout le département. Ce traumatisme fut long à se résorber.
Progressivement, une mémoire idéalisée de la présence américaine avec ses bons et ses mauvais côtés s’est mise en place, celle-ci ne reflétant que partiellement la réalité de l’époque. C’est pourquoi cet ouvrage, nourri de divers documents historiques français et américains, dont les journaux d’information édités à l’intérieur des bases, et de témoignages, dont celui de Maurice Croze alors journaliste, traduit une réalité plus proche des faits.

Ainsi, ceux qui travaillaient à la base pourront mieux replacer leurs souvenirs dans une trame chronologique et dans la topographie de Châteauroux et de Déols.
À la différence d’autres bases américaines en France, les bâtiments et les infrastructures principales sur le double site de Châteauroux-Déols ont été conservés et réemployés. Didier Dubant explique leur usage aussi bien à l’époque américaine qu’actuellement. L’auteur évoque aussi les relations de Jacques Balsan, pionnier de l’aviation et enfant du pays, avec les États-unis, ainsi que les importantes structures, dont le principal centre de formation des aviateurs américains, déjà implantées dans l’Indre pendant la première guerre mondiale. L’histoire est donc un éternel recommencement !

Go to top