Un contrat en service civique a été signé le 29 janvier 2015 entre le président et Tomy Lemoine pour une durée de 8 mois.

Tomy Lemoine est étudiant en 2ème année de licence en histoire au Centre d'Etudes Supérieures de Châteauroux ; il a 19 ans et est originaire d'Ardentes dans l'Indre.

Tomy Lemoine  

Ses Missions :
- Recueillir la mémoire de la vie militaire sur la base de La Martinerie
et dans le département de l'Indre ;
- Ecrire cette mémoire ;
- Scénariser cette mémoire dans les locaux de l'association.
Son tuteur est Daniel Jalu, il a pour mission de le guider
dans toutes ses démarches, de le suivre, de le conseiller,
bref d'être son parrain.

Il sera hébergé dans les locaux de La Bouinotte, maison d'édition Castelroussine, dirigée par Gilles Boizeau qui le conseillera dans les domaines journalistique et rédactionnel.
Dans quelques semaines vous trouverez quelques extraits de ses entretiens avec des membres de l'association.

A lire : Tomy Lemoine recueille les souvenirs dans la NR du 9 juin 2015.

L’accueil d’un jeune en service civique s’accompagne d’obligations pour l’association, notamment permettre à ce jeune de participer à une formation civique et citoyenne. Avec l’accord des membres de votre bureau, et parce que nous en avions l’opportunité, nous lui avons proposé également de participer à un séminaire jeune de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale. Vous trouverez ci-dessous son ressenti.

Jean-Jacques Bérenguier


La formation civique et citoyenne

Dans le cadre de mon service civique, j’ai dû participer à une formation civique et citoyenne. Cette formation comprend obligatoirement deux volets. 

Un premier volet « théorique » où, en tant que volontaire, je suis sensibilisé aux enjeux et aux valeurs de la citoyenneté. Je l’ai accompli le 16 et le 17 mars 2015. Cela m’a permis d’échanger avec d’autres volontaires accomplissant des services civiques variés et de débattre de grands concepts comme la liberté, la discrimination ou autre. 

Un second volet « pratique», sous la forme d’une formation aux premiers secours de niveau 1 (PSC1), vient achever la formation. Cela s’est déroulé pour moi le 13 avril dernier. Le PSC1 est organisé par la Croix Rouge Française. Après cette journée, je ne peux pas dire que je suis réellement devenu capable de « sauver des vies », mais je pense savoir à présent comment bien réagir des dangers qui peuvent arriver à tout moment. Faire cette formation fut bénéfique, la quantité d’information transmise n’est pas imposante mais cette formation fournit des bases intéressantes et solides pour un jeune citoyen.


Le 89e séminaire jeune de l’IHEDN


Le 15 juin dernier, et pendant une semaine, j’ai eu le plaisir de participer au 89e séminaire IHEDN-jeune qui se déroulait à « l’Ethic Etapes » de Romorantin-Lanthenay. L’IHEDN (institut des hautes études de défense nationale) est un établissement public de sensibilisation en matière de défense, sous la tutelle du premier ministre. Nous étions 52 jeunes entre 20 et 30 ans. Etant dans ma 20ième année, mais ayant toujours 19 ans, je me suis trouvé parmi les plus jeunes. Nous avons des parcours très différents. Grâce à ce séminaire j’ai pu côtoyer des personnes que je n’aurais jamais rencontrées autrement. Ce 89e séminaire se composait d’étudiants de toute la France, d’ingénieurs, d’un lieutenant de gendarmerie et d’un autre de l’armée de terre… d’hommes et de femmes qui formaient un groupe en apparence hétéroclite, qui trouvait tout son sens dans la richesse et la vivacité des nombreux échanges qui s’y déroulèrent.

L’objectif principal de ces séminaires est de sensibiliser les jeunes stagiaires à l’esprit de défense en les informant des problématiques et des enjeux actuels de la défense et de la sécurité e la nation. Cela peut paraitre complexe mais c’est en réalité un sujet qui nous concerne tous et auquel les français en général  sont très difficiles à intéresser. Cette semaine s’est déroulée sur le triptyque de conférences, faites par des conférenciers de qualité et connaissant parfaitement leur sujet, de visites, à NEXTER munitions et à la base aérienne 702 d’Avord où nous avons pu voir les fameux AWACS, et de travaux de comité, où nous étions dans un groupe plus petit pour préparer une note de position à présenter le samedi lors de la séance de clôture. Mon comité était le numéro 3, nous étions 14 pour réfléchir ensemble de la JDC (journée défense et citoyenneté).

Les séminaires IHEDN-jeunes se déroulent en internat. A la fin de la semaine je connaissais pratiquement tous les jeunes stagiaires. Vivre pendant une semaine et être diplômés de ce séminaire ensemble nous a rapprochés, c’était une très bonne expérience. L’ambiance était bonne et le soir les discussions pouvaient s’éterniser jusqu’à très tard, sans que nous ne nous en apercevions. Il y a la possibilité de ne pas perdre contact grâce à l’ANAJ de l’IHEDN (association nationale des auditeurs jeunes). C’est un regroupement des jeunes formés par l’IHEDN. Ce réseau de plus de 1 800 jeunes est là pour permettre la réflexion collective et l’échange entre ses membres. Ces derniers pourront peut-être plus tard rejoindre l’Association Régionale. 

Si vous êtes intéressés par l’ANAJ, n’hésitez pas à contacter le délégué de votre région. J’invite vivement les jeunes du Centre intéressés par l’IHEDN ou par la défense à nous rejoindre grâce à l’adresse électronique suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..                                                                      

Tomy LEMOINE

 

Mme Pee et Tomy Lemoine
Tomy LEMOINE s'entretient avec Lucie PEE.
Lucie PÉE a été affectée sur le site de La Martinerie début février 1946 après avoir été ʺincorporéeʺ en qualité de Personnel Civil le 26 juin 1945 au camp de Fay-Ségry à côté d’Issoudun. Elle a travaillé à la chancellerie du CISM puis de l’ESMAT de 1969 à 1983. Elle a connu l’école de pilotage, L’Etablissement de l’Armée de l’Air N° 601, la présence Américaine, le CISM et l’ESMAT. Elle est la mémoire de la base. 
 
M. Jamet et Tomy Lemoine
Entretien avec Claude JAMET
affecté en qualité d'appelé à La Martinerie en 1948 (Armée de l'Air)
Claude JAMET a effectué son service militaire sur le site de La Martinerie en 1949. Il a vécu l’arrivée des Américains. Il est l’un des représentants des liens très forts qui unissaient la base au club de football de ʺLa Berrichonneʺ. 
 
Claude Grenard et Tomy Lemoine
Entretien avec Claude GRENARD
Claude GRENARD a assuré la fonction de Commandant de l’ESMAT et de Délégué Militaire Départemental de 1992 à  1994. C'est avec plaisir qu’il se remémore son passage à La Martinerie et ne regrette pas sa décision de ne pas quitter le Berry. 
 
André Plat et Tomy Lemoine
Entretien avec André PLAT : ancien maire du Poinçonnet
(il a connu la période Allemande à La Martinerie).
André PLAT n'est ni un ancien militaire, ni un ancien résident de La Martinerie. Berrichon de naissance, maire honoraire du Poinçonnet, il a été un témoin de la vie de ce site. En effet, dans son enfance, il a connu la base occupée par l'armée allemande et il témoigne de cette époque où les tickets de rationnement étaient en vigueur.André PLAT n'est ni un ancien militaire, ni un ancien résident de La Martinerie. Berrichon de naissance, maire honoraire du Poinçonnet, il a été un témoin de la vie de ce site. En effet, dans son enfance, il a connu la base occupée par l'armée allemande et il témoigne de cette époque où les tickets de rationnement étaient en vigueur. 
 
Paul Tadieu et Tomy Lemoine
Entretien avec Paul TADIEU
ancien chef des services techniques et ancien patron du CIEC.
Paul TADIEU a été présent sur le site de la Martinerie entre 1983 et 1987, puis entre 1991 et 1997. En plus d'être le témoin des activités de la base, il a été le premier chef du Centre d'Instruction Elémentaire de Conduite, dont il a participé à la création. 
 
Entretien avec Jean-Marie COMBEAU
Entretien avec Jean-Marie COMBEAU
Jean-Marie Combeau est maître d’arme depuis 1958. Il a, au cours de sa carrière, formé un grand nombre d’élèves, notamment de nombreux enfants de troupe qu’il a retrouvé plus tard, et pour certains avec le grade de général. Arrivé à La Martinerie en 1981 en qualité de moniteur de sport, il y est resté jusqu’à sa retraite en 1988. Il habite toujours à Châteauroux. Jean-Marie Combeau a apprécié son service sur cette base, où il a pu retrouver quelques anciens élèves, et témoigne, avec nostalgie, de cette époque.
 
Entretien avec Christian Lachaud
 Entretien avec Christian LACHAUD
Christian Lachaud est actuellement conseiller municipal de la mairie de Déols, après avoir été adjoint au maire. Toujours actif, il met sa vivacité et sa bonne humeur au service de sa ville. Lieutenant-colonel à la retraite il a effectué deux séjours à La Martinerie. Arrivé pour son premier séjour en 1974, il raconte avec émotion les années où il occupait le poste de chef du cabinet du général Trebel.
 
Entretien avec François Marast
Entretien avec François MARAST
François Marast  a effectué son service militaire en qualité d’appelé de janvier 1962 à mai 1963. Il a fait partie de la MLAAA (mission de liaison de l’aide aux armées alliées), détachement qui résidait à la caserne Bertrand (aujourd’hui la cité administrative) et travaillait au bâtiment n°1 sur le site de la Martinerie (aujourd’hui le bâtiment occupé par notre association). Il raconte ses souvenirs de la base occupée à cette époque par les américains.
 
Entretien avec Daniel Jalu
Lundi 22 juin Tomy Lemoine présente l'évolution de ses entretiens
à son tuteur : Daniel Jalu.
 
Entretien avec André Gatesoupe
Entretien avec André Gatesoupe
André Gatesoupe est né en 1935. Il connait l’époque de la Martinerie occupée par les américains. De 1958 à 1963, il travaille à la mission de liaison de l’aide aux armées alliées. Il se rappelle sans effort de cette période qui, bien que lointaine, fait partie intégrante de sa vie.
 
Entretien avec Gérard Desroches et Christian Perronnet
Entretien avec Gérard Desroches et Christian Perronnet (à gauche)
Originaire du Berry, Gérard Desroches est  un ancien instructeur  du CISM. Lors de son premier Séjour de juillet 1968 à 1971 il assure la formation Toutes Armes des appelés. Il revient en 1978, au CISM devenu l’ESMAT, pour commander la 31e compagnie pendant 2 ans, puis, de 1980 à 1984, il occupe le poste de chef de cabinet de commandant de l’école. Ce passionné de chasse connait bien le quotidien du CISM et de l’ESMAT, il en témoigne à présent pour ne pas le voir oublié.
Christian Perronnet, à l’époque Commandant,  a servi à la Martinerie de juillet 1981 à avril 1982 en qualité d’officier des sports. Il commande ensuite le groupement école jusqu’en 1984. Il revient de 1986 à 1988 pour prendre en charge la formation des appelés de toutes les Régiments, bataillons et établissements du matériel. Cet instructeur, féru de chasse, raconte ses souvenirs de son temps à la Martinerie.
 
Entretien avec Jacques Bernard
Entretien avec Jacques Bernard
Jacques Bernard est présent à la Martinerie de 1953 à 1959 en qualité d’employé d'entreprises locales intervenant sur le site. Il est également, de 1964 à 1996, un ancien conducteur affecté au service du Génie, situé à la cité des jardins. Il conserve par son témoignage la mémoire d'une époque où les berrichons vivaient au côté des américains.
 
Entretien avec Yves Chambon
Entretien avec Yves Chambon
Yves Chambon est un berrichon né en 1930. Depuis tout petit, il voit la Martinerie évoluer. Il travaille sur la base pour les américains à partir de 1955 et jusqu'à leur départ en 1967. Avec son enthousiasme naturel, il raconte les souvenirs qu'il garde et tente de transmettre son attachement pour la Martinerie, une base qui fut pendant très longtemps d'une grande importance pour le département.
 
Entretien avec François Pittino
Entretien avec François Pittino
François Pittino est accueilli par l’ESMAT en 1996 en qualité d’aumônier et y reste jusqu’à l’arrivée du 517e régiment du train. De l’officier au  militaire du rang, il côtoyait beaucoup de militaires et il était un témoin actif du quotidien de la Martinerie.
 
 
Tomy LEMOINE a aussi rencontré
- Le colonel Bernard MAILLARD
Bernard MAILLARD est un officier qui connaît bien La Martinerie. Il est arrivé sur le site en 1967, pour 3 ans, avec le détachement précurseur du CISM. Il y est revenu en 1980, et de 1984 à 1989 il a assuré la fonction de chef de corps de cette même base alors devenue l'ESMAT. A sa retraite il a décidé de rester dans le Berry. Ses 12 ans de présence en font un témoin primordial de la vie et du fonctionnement de cette école du matériel.
 
- Madame Nicole COULLANDEAU (qui a travaillé avec les Américains)
Nicole COULLANDEAU était une jeune française lorsque les américains sont arrivés à Déols. De 1955 à 1967, date de leur départ, elle a travaillé directement pour les américains. Elle se remémore sans peine cette époque  où ʺLa Martinerie, c'était l'Amériqueʺ.
 Mme COULLANDEAU
 
- Madame Micheline JACQUIER (ancien personnel civil de l'école)
Micheline JACQUIER est arrivée à La Martinerie à l’occasion de la mutation de son conjoint, le Lieutenant JACQUIER affecté en qualité de trésorier. De 1976 à 1986 elle a assuré les fonctions de secrétaire au sein du cabinet du Commandant du CISM, puis de l’ESMAT. De 1988 à 1993 elle a été affectée au secrétariat du Médecin Chef. Après 20 ans de présence, elle témoigne.
 
- Daniel RENAUD
Ancien directeur d’établissement spécialisé de l’Education Nationale, Daniel Renaud est officier de réserve honoraire. Il a côtoyé pendant de nombreuses années l’armée d’active, notamment dans le cadre de l’IHEDN et a vécu une partie de sa carrière de réserviste sur le site de la Martinerie. Pour lui, la réserve est une partie de sa vie. C’est un sujet qu’il connaît bien et qui forge son identité de vétéran. Il se remémore avec une certaine émotion ses longues années de service au sein de la réserve.
Daniel Renaud est décédé le 18 août 2015.
 
- Roland CLÉON
Roland Cléon a servi à la Martinerie de 1968 à 1978. Adjudant-chef il  assumait la fonction de chef d’atelier et officier mécanicien. Il est arrivé sur le site en même temps que le CISM n°2 de Lunéville et a participé à la mise en place du centre d’instruction. Pour que cette histoire ne disparaisse pas, il témoigne avec plaisir de cette période, depuis sa maison au Poinçonnet.