Antoine Charpagne continue les entretiens

MOREAU Jean-Pierre
Jean-Pierre Moreau :
Jean-Pierre Moreau a connu les américains, en qualité de Personnel Civil, au début des années 1960 puis il a été affecté, toujours en qualité de Personnel Civil, au CISM et à l’ESMAT. Né en 1942, il a tenu de nombreux postes tout au long de sa carrière. De la manutention de groupes électrogènes au service de l’OTAN et d’agent de sécurité sous le commandement du général TREBEL, son expérience en lien avec la Martinerie a été vaste et diversifiée. Il montre ainsi toute l’importance des personnels civils, qui ont eux aussi fait l’histoire de la base. Jean-Pierre Moreau vit toujours aujourd’hui au sein de la cité castelroussine.

 
  DAUGER Jean-Pierre
Jean-Pierre Dauger :
L’Adjudant-Chef Jean-Pierre Dauger est un amoureux de la Martinerie. Arrivé en Avril 1968 sur la base en provenance du CISM numéro 3, il a participé à la formation de jeunes appelés avant d’être muté en Moselle. Il revient sur la base en 1973 en qualité de chef de section. Sa carrière militaire se poursuit au sein de la Police Militaire puis dans le service INFRA (Infrastructure), via un passage à la musique et au secrétariat de l’infirmerie de l’Ecole. Il quitte l’armée en 1997 et participe quelques années durant au déroulement des JAPD (Journée d’Appel et de Préparation à la Défense). Membre de l’association Les Amis de la Martinerie, il continue aujourd’hui de se déplacer avec plaisir aux réunions et événements de l’association, afin de se remémorer ses nombreux souvenirs en lien avec le site.

 
  DAUCHET Robert
Robert Dauchet :
Robert Dauchet a connu la base de la Martinerie de 1978 à 1984. En charge des 101 véhicules de l’ESMAT durant cette période, il avait en charge l’entretien et la répartition par compagnie des différents engins motorisés. Après dix-huit ans de service dans l’armée, il quitte l’armée en 1984 et décide de rester à Châteauroux. Il vient de quitter Châteauroux pour se rapprocher de ses enfants.

 
FOUCHET Christian
Christian Fouchet :
Christian Fouchet est né en 1938. L’homme rencontré avec Roland Cléon, a connu la base à différents moments de son existence. Il a vécu l’occupation allemande et en garde des souvenirs très précis. Ses récits apportent un regard civil sur la vie à Châteauroux durant la période Américaine, puis sur celle de l’Armée de Terre française, ainsi que des faits intéressants pour mieux connaître l’Indre de la deuxième moitié du XXème siècle. Christian Fouchet vit aujourd’hui entre l’Indre et le Nord du Canada où il réside.

 
  Juliette Jany et Denise Bernard
Juliette Jany et Denise Bernard :
Les deux amies, Juliette Jany et Denise Bernard, font incontestablement partie de la mémoire de la Martinerie. Les deux amies ont été dactylo sur la base. Denise Bernard, qui a connu les américains, rencontre Juliette Jany à l’arrivée du CISM numéro 2 sur le site. Toutes les deux au service des Effectifs puis à l’Etat-major travaillent ensemble jusqu’au départ en retraite de Denise Bernard en 1993. C’est alors que Juliette Jany intègre les Services Techniques ce qui lui a permis de vivre la dissolution de l’ESMAT et l’arrivée du 517ème régiment du train, où elle acquière des compétences informatiques. Les deux femmes vivent toujours à Châteauroux et ne manquent pas de parler ensemble de leur parcours sur la base de la Martinerie.

 
BLONDEAU James
James Blondeau :
L’Adjudant-Chef James Blondeau incorpore la base en 1972. « Jessie James », surnom donné par ses camarades de la Martinerie, est affecté à la Compagnie de Commandement et de Service (CCS). En charge de la gestion des personnels d’active, il a connu de nombreux événements marquants, notamment sous le commandement du colonel Estably. Il assurait la gestion d’environ 1 000 personnes. Il quitte la Martinerie en 1981 pour l’Allemagne avant de prendre sa retraite en 1992. Il est aujourd’hui président de l’Association des porte-drapeaux de l’Indre forte de 54 membres.

 
LEGER Yves 480
Yves Léger :
Ancien Chef de Corps de l’ESMAT, Yves Léger a connu la Martinerie de 1986 à 1992 en qualité de chef des Services Techniques. Cette mission, qui l’a passionné, s’achève en 1992 lorsqu’il est nommé Chef de Corps de l’ESMAT avant de prendre sa retraite la même année. Il est toujours présent au sein de la cité castelroussine.

 
  BERTON 480
Pierre Berton :
C’est en qualité de civil que Pierre Berton a connu la base durant la période américaine. Employé de l’American Express en tant qu’agent de voyage à la Martinerie au service des personnels américains, il intègre la base en 1952. Au bout de trois ans, Pierre Berton devient dactylo puis intègre le supermarché de la base qui gérait les fournitures de bureaux. Il quitte son travail en 1956, anticipant les premières rumeurs de départ des troupes américaines. Pierre Berton intègre l’aéroport d’Orly la même année avant d’être embauché comme représentant d’une compagnie aérienne. Il y travaille durant vingt-cinq ans avant de prendre sa retraite. Il vit aujourd’hui à Châteauroux.

 
BARTHELEMY Louis
Louis Barthélémy :
Le lieutenant-colonel Louis Barthélémy a rejoint la base de la Martinerie en 1986. Alors capitaine, il a eu en charge la formation de nombreux appelés avant d’être nommé à la tête de la 2ème Division en 1988. Il était responsable de la formation technique Armement Petit et Gros Calibre, de la formation générale et de la préparation des cadres à de nombreux concours militaires. Il est muté ensuite à Bourges en 1992 et quitte l’armée en 1999. Il réside toujours dans le Cher.

 
PETIOT Jean-Pierre
Jean-Pierre Petiot :
Jean-Pierre Petiot est originaire de Stuttgart et rejoint La Martinerie après son engagement en 1969. Affecté à la 15ème Compagnie en tant que secrétaire, il devient adjoint du foyer avant de partir pour l’Allemagne en 1974. De retour sur la base, en qualité de comptable matériel au service de  l’Ordinaire puis au sein de la 35ème Compagnie, il part à la retraite en 1984. Après une deuxième carrière dans le civil, il prend définitivement sa retraite à Châteauroux. Il vit toujours aujourd’hui dans l’Indre et participe activement aux activités de l’association des Amis de la Martinerie. Il est ainsi connu par ses membres pour sa ponctualité et son investissement sans faille dans la réalisation des travaux qui permettront l’ouverture du lieu de mémoire sur le site de la base.

 
  REBARDEAU Georges
Georges Rebardeau :
Georges Rebardeau est une des mémoires de la période américaine dans l’Indre. Très proche d’une famille américaine durant les années 1950 et 1960, il a travaillé sur la base de la Martinerie en qualité de civil au service des américains et de l’OTAN. Ses connaissances en anglais lui ont permis d’occuper différents postes, du supermarché US à un poste de vérificateur de stocks. Ancien membre du 90ème Régiment d’Infanterie, il est aujourd’hui président de l’ARVM, l’Association de Restauration de Véhicules Militaires américains de la seconde Guerre Mondiale. Georges Rebardeau réside toujours dans le département de l’Indre.

 
Raymond Dubois :
Le lieutenant-colonel Dubois est à lui seul un « monument » de l’Armée française. Engagé en 1940, Officier de la Légion d’Honneur, titulaire de trois Croix de Guerres, il a connu la base de la Martinerie avant son départ à la retraite. En qualité de Directeur de l’Instruction, il a géré et organisé, durant deux ans, la formation militaire de tous les cadres et stagiaires. A son départ à la retraite en 1972,  il s’est installé dans la maison natale de son épouse, dans le sud du département de l’Indre. Aujourd’hui âgé de 97 ans (2016), le lieutenant-colonel Dubois y vit toujours au contact de ses proches et des nombreuses associations dont il est encore membre.

 
  DELERS Jean
Jean Delers :
Jean Delers a connu la base de la Martinerie par l’intermédiaire du Général Trebel et du colonel (Air) Louet alors responsable des sports à l’Etat-Major de l’Armée de l’Air. Vice-président de la Berrichonne de Châteauroux, ses contacts avec le commandement de la base ont permis l’incorporation de nombreux footballeurs de l’équipe au sein de la base. Ils pouvaient ainsi réaliser leur service militaire tout en participant à la vie de la Berrichonne. Jean Delers, âgé aujourd’hui de 90 ans (2016), est toujours membre des instances de l’association La Berrichonne.

 
DASSONVAL Claude
Claude Dassonval :
Le Major Claude Dassonval  est incorporé à la Martinerie en Février 1971. Du CISM 2 à l’ESMAT, il a aussi vécu l’arrivée du 517ème régiment du Train. Claude Dassonval quitte l’armée en Juillet 2000. Il travaille alors dans le civil durant une dizaine d’années avant de partir à la retraite en 2012. Sa riche carrière militaire, où il a connu le CISM, l’ESMAT et sa dissolution puis le 517ème régiment du Train est un témoignage d’importance pour comprendre l’enchainement des différents organismes présents sur la base de la Martinerie après le départ américain. Claude Dassonval vient tout juste de déménager de la région castelroussine ou il a vécu la majeure partie de sa vie.

 
BOURDY Michel

Michel Bourdy :
Le Commandant Michel Bourdy est un des témoins de la dissolution de l’ESMAT en 1997. Il était adjoint au Commissariat de la Base en qualité de capitaine. Son rôle consistait à gérer le ravitaillement et l’habillement de la base mais aussi de la prison de Saint-Maur et d’infrastructures militaires comme Montluçon ou Bourges. Le Commissariat a remplacé l’Intendance en 1984. Au sein de chaque service figurait un Commissaire (qui devait avoir une formation en Droit) et des officiers techniciens qui avaient en charge tout ce qui pouvait toucher à l’administratif. Michel Bourdy a également vécu l’abandon du projet d’agrandissement du service du Commissariat sur la Martinerie, interrompu par la dissolution de l’ESMAT. Michel Bourdy quitte la base en 1997 et rejoint Paris. Il part en retraite en 1999 et vit toujours à Châteauroux en compagnie de sa femme. Son fils est membre de la Marine Nationale.